Historique du Centre Européen des Métiers d'Art

HISTORIQUE

 

DU

 

CENTRE EUROPEEN DES METIERS D'ART

 

L'ASSOCIATION DES METIERS D'ART DES ARDENNES, a créée en 1976 par l'Etat et la Chambre de Métiers. Les membres de l'Association, après réflexion et analyse de leur secteur professionnel des métiers d'Art sont arrivés aux conclusions suivantes : les professionnels des métiers d'Art étaient très mal connus et mal diffusés et qu'il y avait une perte importante de notoriété du travail manuel

 

"Beaucoup avaient oublié que les mains étaient le prolongement du cerveau et que la main est le plus bel outil du monde"

 

C'est en 1979, fort du succès rencontré lors des participations des artisans d'Art animateurs des "semaines du travail manuel" organisées par l'Etat chaque année, qu'est née l'idée de créer une vitrine permanente des métiers d'Art qui aurait pour vocation de faire découvrir ou redécouvrir à un large public, les professionnels de ce secteur d'activité et d'améliorer leurs situations économiques par la vente de leurs productions et la prise de commandes.

 

L'idée d'un Centre métiers d'Art était lancée.

 

Pour convaincre les Pouvoirs Publics, il fallait, d'une part, montrer la diversité des métiers d'Art composant notre secteur (les métiers de la restauration du Patrimoine, mobilier, immobilier, les métiers de créations, les métiers de tradition et réalisations, ce qui représente plus de 150 métiers). D'autre part, il fallait aussi distinguer et quantifier notre clientèle, affirmer notre place dans l'économie et démontrer une certaine rentabilité, pas toujours évidente.

 

C'est en 1981 que l'ASSOCIATION DES METIERS D'ART DES ARDENNES créait le "Festival des métiers d'Art à Launois-sur-Vence", c'est l'union de 2 Associations :

-l'une étant une association de défense du "Relais de poste de Launois" qui possède le droit d'occuper de vastes locaux et de les faire vivre par des animations. Son but : la récolte de fonds pour la sauvegarde des bâtiments et peut-être alors le rachat du "relais".

-l'autre, l'Association des métiers d'Art des Ardennes qui cherche à organiser un grand rassemblement de tous les métiers d'Art, de les faire connaître et de mesurer l'intérêt qu'ils suscitent par le nombre de visiteurs.

Ce grand rassemblement annuel remportera chaque année un très grand succès avec la présence de 70 à 80 artisans d'Art, venus de plus de 30 départements, avec environ 1/4 de renouvellement par an, il deviendra par la suite "le Festival Régional des métiers d'Art" et comptabilisera lors du 10ème Festival en 1991 : 6300 entrées sur un week-end.

 

Parallèlement à cette manifestation importante, l'Association des métiers d'Art participe aux foires-expositions du département avec la Chambre de Métiers et à des expositions à la vitrine du département.

 

L'étude d'implantation du Centre des métiers d'Art aboutit à un lieu de passage frontalier pour faciliter l'exportation des productions artisanales d'Art vers la Belgique et vers l'Allemagne.

 

A l'époque, nous avions découvert à travers l'étude que des expositions telles que celle à laquelle participaient les artisans d'Art français à Munich par exemple, remportait chaque année un énorme succès et que le stand français était toujours désigné comme le 1er stand du Salon.

 

Les objets présentés ne pouvaient être vendus, malgré tout, sous la pression de la demande, ceux-ci étaient quand même vendus à la clôture du salon, ce qui obligeait les amateurs à refaire le déplacement. Un aspect négatif néanmoins très important ressortait du bilan de ces opérations. Malgré la demande et les commandes, les artisans d'Art ne pouvaient pas faire face, découragés par les démarches administratives douanières, et le temps qu'ils devaient y consacrer.

 

Sachant qu'en se rapprochant d'une clientèle favorable à fort pouvoir d'achat, grâce au cours de sa monnaie, et que les ventes réalisées pouvaient être considérées comme "bagages à main" (terme désignant des objets non soumis aux taxes douanières) aux passages de la frontière, toutes ces indications ont renforcé le projet d'implantation en frontière.

 

Depuis 1979, l'Association des Métiers d'Art des Ardennes avait travaillé avec les représentants des Municipalités de Charleville-Mézières, Sedan et Givet.

A Charleville : L'implantation des Métiers d'Art avait été pressentie dans le bâtiment Létrange sur l'angle de la place Ducale, mais le projet d'implantation d'un Musée survenu par la suite fut prioritaire.

A Sedan : L'implantation d'un Centre Métiers d'Art sur 1500m2 avec exposition-vente et centre de formation, accompagnant l'installation d'un Musée d'Art forain au Dijonval.

A Givet : En 1979, une exposition de l'Association des Métiers d'Art a enthousiasmé le Préfet des Ardennes ainsi que tous les élus du département présents à l'invitation, les élus de la ville et les nombreux publics français et belges qui ont visités cette exposition.

L'achèvement de la réhabilitation de l'ancien Couvent des Récollectines datant du 18ème siècle à Givet et la proposition faite par la municipalité d'accueillir les artisans des métiers d'Art dans des salles de ce Couvent, ont permis à l'Association de créer, avec une aide à l'investissement du Conseil Général, le Centre de Promotion et de Diffusion des Métiers d'Art le 8 Août 1988.

 

A partir de cette date, l'Association des métiers d'Art des Ardennes investit 133 m2 de salles au rez-de-chaussée du Couvent des Récollectines et crée une activité annexe de l'Association avec un personnel d'encadrement entièrement bénévole et des personnes ayant le statut T.U.C.

 

Le Centre exerce une attraction sur un public français et belge en organisant une exposition vente permanente des productions artisanales d'Art et en organisant des expositions particulières ponctuelles dans une 3ème salle.

 

Les artisans déposent leurs pièces qui sont sélectionnées avec rigueur, en particulier sur la qualité. Ils laissent une commission au Centre de 25 % sur les objets vendus.

 

Très vite, le Centre trouve des partenaires qui adhèrent à cette nouvelle structure, tels que le Crédit Agricole des Ardennes qui édite une plaquette publicitaire pour faire connaître le Centre et qui éditera aussi une cassette vidéo sur le Centre de Promotion et de Diffusion des métiers d'Art.

 

Des expositions à caractère internationales sont organisées, telles que :

-une exposition sur les métiers d'Art et de la chasse.

-L'exposition de Marc CHEVALlER LACOMBE inaugurée en présence du Ministre de la Culture de Belgique, Président de la Communauté Française, Monsieur Valmy FEAUX, qui renouvellera à cette occasion le mobilier de bureau de son Ministère, par celui acquis au Centre, et une commande supplémentaire à l'artisan, soit une somme de 120 000 F.

-L'exposition de sculptures chauffantes réalisées en TMX (tuyaux de cuivre produits par TREFIMETAUX) de François BOULARD avec la participation de TREFIMETAUX qui prendra en charge la réalisation des affiches en quadrichromie, le cocktail de réception et signera une commande à l'artisan. Deux ans plus tard, le Groupe Europa Metali, dont fait partie Tréfimétaux, consacrera plusieurs pages sur l'exposition des sculptures chauffantes et sur le Centre Métiers d'Art dans son édition annuelle destinée à sa clientèle anglaise, allemande, espagnole, italienne et française.

-L'exposition d' Hervé TONGLET sculpteur ardennais qui, à l'occasion de la présentation et inauguration de "la religieuse" statue en pierre bleue, (commande de la Municipalité à Givet, pour le Couvent des Récollectines) remportera un franc succès. Il sera sollicité par de nombreux clients qui permettront à ce membre de l'Association des Métiers d'Art ardennais, d'améliorer les conditions de vie de son atelier.

Des rencontres et des démonstrations de divers métiers d'Art seront également organisées entre les artisans et le public.

 

De 1988 à 1993 les activités du Centre auront permis de créer une trésorerie. Parti de zéro centime de fonctionnement à son ouverture, la vente des productions artisanales laissent une commission qui permet d'envisager un salaire à plein temps, d'abord T.U.C. puis en contrat de qualification sur 2 ans puis un C.D.I. Nous formons notre personnel T. U. C. en resocialisant les personnes sur une période plus ou moins longue, en leur apprenant le comportement à l'accueil des clients, l'information, la vente, les divers métiers représentés et les diverses techniques employées par les artisans etc...

 

En Juillet 1993, le partenariat de la ville à Givet et de l'Association des métiers d'Art voit se réaliser l'un des projets présentés au Plan INTERREG I :

 

Le Centre Européen des métiers d'Art dont l'opération a été financée par la ville (propriétaire des lieux), le Conseil Général, l'Etat et la Communauté Européenne.

 

Le Centre de Promotion et de Diffusion des métiers d'Art déménage en Juillet 1993 pour une surface de 650 m2 d'expositions, 60 m2 de cave, et 400 m2 d'extérieur espace vert, au 10 Quai des Fours à Givet.

 

Ce nouvel élan donné par les financeurs ainsi que par le soutien moral et amical de l'Etat, du Conseil Général et de la Ville à Givet, mais aussi de personnalités belges permet au Centre Européen des Métiers d'Art d'envisager l'avenir avec confiance malgré la conjoncture économique.

 

Les objectifs du Centre sont :

 
 

-d'être une véritable vitrine du département des Ardennes,

 

-de jouer un rôle important dans le développement économique des entreprises des métiers d'Art,

 

-de susciter des vocations chez les jeunes,

 

-d'avoir une image de marque qui rayonne au plus loin et qui soit un véritable élément phare du tourisme pour la ville d'accueil et pour le département en étant parfaitement autonome sur le fonctionnement.


Boutique