Exposition de création verrière par Fabienne Schneider

exposition verrier givet fabienne schneiderExposition du samedi 1 avril au dimanche 4 juin 2017 au

Centre Européen des Métiers d'Art

à Givet de 14h30 à 18h

Fabienne SCHNEIDER, compagnon Verrier Européen de Strasbourg, formée au Centre Européen de Recherche et de formation aux Arts du Verre de Vannes-le-Châtel, proposera une pièce artistique sur les rapports entre la musique et des formes crées en verre soufflé.

En parallèle une belle exposition de créations verrière contemporaines.

Le Centre Européen des Métiers d'Art, joue la carte du GRAND-EST

 

Photo au vernissage de l'exposition de verre soufflé par Fabienne Schneider, dans l'ordre de gauche à droite : M. Gérard TASSIN (ajoint au Maire de Givet et attaché aux fêtes - à la santé - au tourisme - à la culture - au patrimoine), Mme Fabienne SCHNEIDER (compagnon verrier européen - Artisan d'art), M. DURRACQ Roger-Pierre (Président de l'association des Métiers d'Art des Ardennes)

 

exposition verre souffle ardennes   vernissage exposition verre souffle fabienne schneider givet p

  boule en verre souffle  verre souffle par fabienne schneider p  verre souffle

"Les pianos rêvent-ils de chants colorés ?" est une installation inspirée du Chant du Départ d'Etienne Nicolas Méhul dont les notes de musiques ont été traduites en formes et couleurs de verre soufflé qui tombent d'un piano inhabituel.

Les formes ont été inspirées de la mélodie de la première phrase du chant : ''La victoire en chantant nous ouvre la barrière, la liberté guide nos pas''. Cette phrase emblématique du morceau est composée de 22 notes de musiques successives. En réalisant des dessins à l'écoute de la mélodie et en cherchant à créer un vocabulaire de forme j'ai pu faire ressortir des variations simples en partant de la forme sphérique. Cette sphère représente la note de musique moyenne contenue dans la gamme de notes utilisée dans l'extrait.

Lorsque la note est plus aiguë que celle représentée par la sphère, cette dernière est plus fine et allongée ; lorsque la note est plus grave, la sphère devient à l'inverse large et aplatie. Ces formes pourraient rappeler celles des cordes vocales lors du chant : plus on chante aigu, plus les cordes vocales sont étirées et fines afin de produire le son, et plus on chante grave, plus les cordes vocales sont épaisses.

Dans la technique du soufflage de verre, un des outils permettant de sculpter le verre en fusion est notre propre souffle, celui dont on a également besoin dans l'action de chanter.

Le choix de couleur s'est appuyé sur le même constat de variation de notes aiguës et graves, tout en restant volontairement dans une gamme de couleurs chaudes, notamment de différents rouges. Le choix de ce rouge réside dans le contexte historique qui entoure le moment de la composition du Chant du Départ, celui de la Révolution, car pour moi le rouge est la couleur du peuple, du sang, de la révolte.  J'ai donc associé un rouge vif à la forme de la sphère, et plus les notes sont aiguës, plus les couleurs sont vives. Plus les notes sont graves, plus les couleurs varient dans les tons sombres. L'utilisation de la technique vénitienne du filigrane (baguettes de verre de couleur enfermé dans du verre transparent) donne du mouvement à chaque pièce en verre qui peut bouger légèrement car mise en suspension par une corde métallique.

De la même manière qu'une mélodie en musique est créée grâce à un ensemble de notes séparées par différents intervalles, l'agencement de différents éléments en verre permettent de créer un ensemble visuel de formes et de couleurs.

'' L'art ne représente pas le visible, il rend visible. '' Paul Klee

En ''matérialisant'' la musique selon ma propre interprétation de ce à quoi elle pourrait ressembler, je souhaite que chaque spectateur puisse réfléchir d'une part à l'interprétation visuelle qu'il aurait donné lui-même au morceau, d'autre part à une réflexion par rapport au son, à l'instrument et au rapport humain que l'on a envers eux.
Quels sont les rapports entre musique, formes et couleurs? Pour connaître l'âme de la musique, ne faut-il pas voir au-delà de la musique, jusqu'à la voir en couleurs? Qu'est-ce qu'un piano sinon le créateur de l'âme musicale dont l'instrument serait le pianiste lui-même? Si les pianos possèdent une âme ne rêveraient-ils pas de mélodies qu'il incombe au pianiste de découvrir? Si la couleur et les sons s'associent si facilement et de manière si plaisante n'est-ce pas parce qu'elles sont toutes deux vectrices des émotions les plus fortes?

'' En règle générale, la couleur est donc un moyen d'exercer une influence directe sur l'âme.''
'' Le son musical a un accès direct à l'âme.''
Kandinsky, Du spirituel dans l'art, et dans la peinture en particulier
'' La peinture est une poésie que l'on voit au lieu d'entendre, la poésie est une peinture que l'on entend au lieu de voir.'' Léonard de Vinci, Traité sur la peinture, 1651.

Les pièces en verre suspendues ne font plus vraiment partie du terrestre et entrent alors dans le monde du rêve. Il peut s'agir du rêve d'un piano ou du nôtre.
D'après Le Chant du Départ , le chant lui-même mène à la liberté. Bien qu'aujourd'hui on pense rarement à associer chant guerrier et liberté, la musique guerrière représentait à l'époque de la Révolution une réelle espérance en la liberté et la victoire du peuple. Cette affirmation est d'autant plus vraie que durant son parcours artistique Méhul s'est détourné volontairement de la musique religieuse et, par son goût pour le théâtre, en vint à composer des opéras dépeignant le drame humain et non plus le drame héroïque de rigueur.

Les rapports entre son et couleurs ont été présents depuis toujours dans les cultures et la pensée.
Alors que les Grecs anciens posent une théorie philosophique associant les différentes planètes du système solaire avec les notes de musique, il s'agit d'intégrer les sons à la totalité du monde empirique.
Isaac Newton décrira plus tard sept couleurs à l'arc-en-ciel, considérées comme les couleurs primaires et secondaires, qu'il met en concordance avec les sept notes de l'octave musicale.

Aujourd'hui encore dans la culture japonaise "il importe parfois moins de savoir si l'on est en présence d'une couleur mate ou d'une couleur brillante. (...) Il y a ainsi plusieurs blancs, portant des noms différents et s'étageant du mat le plus terne jusqu'au brillant le plus lumineux.'' Michel Pastoureau, extrait de Les couleurs de notre temps

On peut ajouter que ''dans la plupart des civilisations d'Afrique noire, par exemple, (...) il peut peut être essentiel de savoir s'il s'agit d'une couleur sèche ou d'une couleur humide, d'une couleur tendre ou d'une couleur dure, d'une couleur lisse ou d'une couleur rugueuse, d'une couleur sourde ou d'une couleur sonore, d'une couleur gaie ou d'une couleur triste. La couleur n'est pas une chose en soi, encore moins un phénomène relevant seulement de la vue.'' Michel Pastoureau, extrait de Les couleurs de notre temps.


Boutique